REPONSE à COURPIERE EN MARCHE

Publié le par Unis pour Courpière

L'opposition municipale vient de distribuer un tract jaune qui rappelle un autre tract jaune dans les derniers jours de la campagne des élections municipales.

Ils renouvellent l'exercice oubliant les leçons de leur gestion et de leur campagne électorale.

Nous avons demandé à Madame le Maire, Christiane SAMSON, de répondre à quelques questions au sujet des affirmations de ce tract.

 

Alors, il paraît que les caisses étaient pleines à votre arrivée ?

 

"Pleines" est un bien grand mot mais c'est vrai que c'était une trésorerie qui paraissait normale. En y regardant de plus près, nous nous sommes aperçus qu'il s'agissait en fait d'un habillage permis par l' anticipation d'un gros emprunt pour la reconstruction du rempart.

Les élus d'Unis pour Courpière l'avaient d'ailleurs dénoncé à l'époque pour plusieurs raisons.

La première parce qu'il est aberrant de payer des agios pour des travaux non commencés.

La deuxième parce que ces emprunts ont été réalisés à des moments où les conditions financières n'étaient pas les bonnes.

Aujourd'hui, la réalité financière de la Commune, comme celle de la Communauté, est malheureusement très difficile, marquée par la baisse des dotations d'Etat et le coût supplémentaire exigé pour beaucoup de mises aux normes ou de dépenses nouvelles comme pour l'organisation du temps scolaire.

 

Qu'en est-il des préemptions des pavillons de l'avenue Joffre ?

 

Je veux d'abord rappeler que les préemptions sont tout à fait légales, encadrées par des textes précis. Toutes les municipalités les ont utilisées parce qu'elles permettent d'anticiper les réserves foncières nécessaires aux futurs aménagements.

C'est d'ailleurs ce qui va nous permettre prochainement d'abattre le vieil immeuble du 1 de l'avenue Foch, sécurisant les piétons, gagnant quelques places de parking et dégageant la vue sur la Porte des Minimes et la Croix de Mission.

Concernant ces deux pavillons, outre les attaques personnelles à la limite de la diffamation, l'argumentaire de l'opposition est vraiment ahurissant.

Lorsqu' ils étaient aux responsabilités, ils ont commandité une étude pour "Habiter autrement les Centres Bourgs " qui concluait à la nécessité de parkings relais dans cette zone. Avec la même logique, ils ont confirmé cette réserve foncière pour stationnement lors de la modification du PLU en 2013.

Et maintenant, quand nous mettons concrètement en œuvre ces orientations en profitant des opportunités foncières, nous sommes critiqués.

Quelle incohérence !

 

Et sur les travaux de voirie ?

 

Nous connaissons tous la vétusté du réseau d'eau et d'assainissement. Nous avons donc décidé de consacrer chaque année des investissements importants qui permettront d'atténuer fortement les fuites à répétition, très coûteuses et très préjudiciables à l'environnement. Ils permettront aussi de diminuer le recours aux fosses septiques.

Les remarques de l'opposition  pourraient faire rire si le sujet n'était si sérieux quand nous avons découvert que pendant plusieurs années l'ancienne municipalité a présenté au Conseil Municipal quatre tranches du projet d'assainissement de la Côte Bonjour sans que rien ne bouge durant leur mandat. Nous commencerons réellement en 2015.

 

Vous êtes aussi accusée d'avoir attendu 9 mois pour lancer les travaux du rempart éboulé.

 

Alors là, c'est la meilleure ! Tout le monde sait que l'éboulement a eu lieu il y a quatre ans.

C'est un dossier qui a été très mal géré.

D'abord, la municipalité de l'époque a refusé aux élus d'Unis Pour Courpière l'aide que ceux ci proposaient sous la forme d'une cellule de crise face à cette catastrophe.

Ensuite, la lenteur avec laquelle ce dossier a été traité a provoqué la perte d'un recours possible à des subventions européennes.

Enfin, la désignation de l'avocat de l'assureur communal comme défenseur des intérêts de la Ville a brouillé les cartes.

Nous avons donc dû reprendre ce dossier compliqué en ayant une vue globale de l'aménagement, en proposant une tranche unique de travaux et en multipliant les contacts pour aller chercher les financements possibles.

A la fin, les Courpiérois retrouveront leur rempart avec une meilleure liaison entre la Place de la Victoire et le Parc Lasdonnas et avec une dépense moindre pour le budget de la Ville.

Nous en sommes aujourd'hui à une économie de 212 000 euros sur les dépenses et nous continuons à chercher de nouvelles recettes pour ce dossier.

 

Est ce du "tape à l'oeil", le goudronnage de la rue du 14 Juillet ?

 

Quel mépris à l'égard de la démocratie! Dans la campagne électorale, nous avons élaboré notre programme avec les commerçants, avec toute la population.

Avec eux, nous nous sommes engagés à revitaliser le centre bourg avec une meilleure signalétique, des places de parking supplémentaires, un réaménagement simple, peu coûteux mais efficace de la Place de la Libération et le déplacement du marché de Noël ; bref, à changer l'image dégradée du Centre Bourg et à gommer progressivement ses effets négatifs sur la dynamique commerciale. Nous en sentons d'ailleurs les premiers effets avec l'intérêt nouveau porté à notre commune par des investisseurs privés.

 

Que pensez de tout ça ?

 

L'opposition municipale a parfaitement le droit d'exprimer son opinion, ses critiques. Elle le fait avec une argumentation mêlant des attaques personnelles et des avis surprenants de la part d'élus ayant dirigé la Commune. Mais ça, c'est leur responsabilité !

Pour ce qui me concerne, je vais continuer, avec toute l'équipe, à gérer Courpière dans  l'intérêt général, en associant tous les élus, y compris ceux de l'opposition.

Certains d'entre eux se sont d'ailleurs investis positivement dans la vie locale, en réfléchissant avec la population et ses associations, aux meilleures solutions possibles dans le contexte des difficultés actuelles de toutes les collectivités en France.


Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article