CONSEIL MUNICIPAL du 29 NOVEMBRE 2010

Publié le par Unis pour Courpière

Dernier Conseil Municipal de l’année consacré à la gestion des affaires courantes  avec principalement la fixation des tarifs 2011.

Cette séance, qui  aurait du être une simple formalité, s’est en fait heurtée  sur plusieurs points à une approche politicienne et certains problèmes, faute d’être traités objectivement, ont été renvoyés à plus tard.

Manque de rigueur également dans l’application des décisions où les corrections acceptées sur le Procès verbal de la séance précédente ne sont toujours pas, un mois après, appliquées.

 

Tarifs 2011 :

L’actualisation des différents tarifs, définis en commission des finances,  n’a pas  posé  pas de problème. Par contre, concernant la location de la salle Jean Couzon, l’anomalie, signalée il y a 2 ans n’ayant pas été corrigée, nous avons retrouvé cette année la même incohérence. Pour montrer une fois de plus, en particulier à M Imberdis amnésique,  que ces tarifs posaient un réel problème et n’étaient pas acceptables  nous avons pris un exemple démontrant que 5h de ménage étaient en fait facturées 458€. Chère l’heure de ménage ! Sauf peut être pour M Serin qui une fois de plus a botté en touche et pour faire diversion a avancé l’idée d’une réflexion en 2011 pour envisager une baisse généralisée des tarifs, alors qu’il vient de les augmenter. Allez comprendre !  

  

Dans le cadre des questions diverses posées par « Unis pour Courpière »  nous avons abordé les sujets suivants :

Emprunt :

Fin 2008 vous avez contracté un emprunt de 450 000€ à 4.74% sur 15 ans. Aujourd’hui, les conditions techniques semblent réunies pour revoir avantageusement ce prêt et diminuer nos charges de remboursement. Sachant qu’un écart de taux de 1.5% a un impact de l’ordre de 60 000€ sur le coût du crédit, avez-vous, à l’image de ce que vient de faire l’O.P.H.I.S, l’intention de renégocier ce prêt ? 

M Serin, déconnecté de l’actualité, a eu du mal à reconnaître qu’aujourd’hui ce même prêt pourrait être souscrit autour de 3%. Il a fait remarquer que les pénalités de l’ordre de 100 000€ ne permettait pas de le renégocier et là aussi pour faire diversion a déplacé le problème sous l’angle politicien et à une question technique a répondu par la polémique en faisant référence aux investissements de ses prédécesseurs.  C’est pourtant lui qui, dans un contexte de baisse des taux,  aurait dû s’assurer  que les clauses de renégociation n’étaient pas dissuasives et ce d’autant plus que nous l’avions alerté. A l’heure où les particuliers revoient leurs prêts, force est de constater  qu’à la Mairie de Courpière on est loin de la gestion « bon père de famille » mais stoïques, « nous allons tous payer » !

 

Défibrillateurs:

Vous avez organisé récemment une journée de prévention avec, entre autres, la démonstration de l’utilisation d’un défibrillateur. Pouvez-vous nous indiquer où en est le projet d’acquisition de ces appareils ?

Nous avons découvert que la municipalité n’y était pour rien et que l’annonce du partenariat avec « Les aînés de la Dore » résultait d’une demande de l’association !

Dans le prolongement de notre initiative lancée il y a maintenant 3 ans, l’engagement de prévoir trois défibrillateurs au budget 2011 a cependant été pris.

 

D.G.S. :

Suite au remplacement du Directeur Général des Services, nous apprenons par « La voix du Pays de Courpière » que la municipalité a été condamnée par le tribunal administratif de Clermont-Ferrand. Pouvez-vous nous confirmer cette information, nous indiquer la suite donnée et le coût financier pour notre collectivité ?

M Serin a justifié l’absence d’information  par le souci de discrétion. Il a confirmé que, sur un point de droit, la commune avait été condamnée par le tribunal administratif et a développé  son argumentation justifiant l’Appel.

Financièrement, 1000€ ont été remboursés par la commune à Eric Doubtsof   auxquels il faut rajouter les frais de procédure qui s’élèvent, aujourd’hui, à 3399€.

 

Publié dans Mandat JN. Serin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article