BULLETIN MUNICIPAL EXPRESSION LIBRE

Publié le par Unis pour Courpière

Le bulletin municipal annuel de Courpière vient d'être distribué. Nous vous proposons de retrouver la tribune libre d'"Unis pour Courpière" suivie de celle de la majorité à laquelle nous avons rajouté nos propres commentaires. Bonne lecture.

 

UNIS POUR COURPIERE

VOUS ETRE UTILES

 

Il est décidément de plus en plus difficile de se faire entendre par MM Serin et Imberdis qui, de toute évidence, ont décidé de prendre seuls les décisions municipales.

L'exemple le plus probant en a été donné par la situation du cinéma. Depuis deux ans, nous n'avons cessé d'alerter sur le danger d'arrêt du cinéma local si la numérisation n'était pas réalisée. Encore en juillet dernier, lors d'une séance du conseil municipal, M.Serin déclarait qu'il préférait affecter l'argent à la voirie. Il a fallu que les élus d'"Unis pour Courpière" alertent la population, organisent une réunion publique pour que ce qui était impossible l'été devienne possible en octobre. Aujourd'hui, c'est fait et nous nous en réjouissons pour tous les Courpiérois.

Cette obstruction systématique à nos propositions, ce manque de concertation est ressenti jusque dans les rangs de nos collègues de la majorité. Après avoir, pour une partie importante d'entre eux, voté contre le budget proposé par M. Serin, les démissions se sont succédées à un point tel que le conseil municipal ne sera pas au complet pendant la dernière année de mandat.

Cet évident malaise est entretenu par le flou des décisions, par les reculs successifs sur des dossiers importants dont les coûts d'étude relèvent du gâchis, par l'exercice personnel du pouvoir par un petit groupe d'élus.

Le prétexte principal avancé est celui de ne pas dépenser surtout après l'éboulement du rempart. C'est une vraie question surtout en temps de grandes difficultés pour les familles mais l'approche comptable de la gestion ne peut être le seul angle de réflexion car il repousse d'avance toute réponse aux besoins exprimés par la population. Il se traduit par une mise en sommeil de la commune et par une perte de son attractivité.

Les commerces ferment, la valeur des biens des Courpiérois baisse. Heureusement pour notre commune, la vie associative locale reste active et mobilisée. C'est remarquable!

Il ne faudrait toutefois pas, dans un souci comptable, que la municipalité se décharge de ses propres responsabilités sur les associations.

 

Quant à nous, les élus d'opposition et l'association "Unis pour Courpière", nous voulons rester comme nous l'avons fait pour le cinéma Rex, utiles à nos concitoyens, utiles à Courpière.

Notre blog www.unispourcourpiere.org est plus que jamais à votre disposition, vous pouvez aussi nous rencontrer en Mairie tous les mardis et nous transmettre vos questions que nous soumettrons au conseil municipal.

  

Daniel ATGER, Philippe CAYRE                        

Pierre FONLUPT, Catherine MAZELLIER 

 Jeannine SUAREZ, Maurice ZELLNER

   

 

 

 

 GROUPE MAJORITAIRE

 

Cet espace doit-il être un lieu d’affrontement ?

Utilisons-le plutôt pour apporter au plus grand nombre des éclaircissements sur des sujets montés en épingle à des fins politiciennes.

En clair, la majorité consciente de la gestion calamiteuse de certains dossiers, en particulier le cinéma, voudrait nous faire croire que tout est maitrisé alors que les faits montrent que depuis 4 ans nous assistons, dans tous les domaines, à une succession de valses hésitations et de renonciations. C'est dans ce contexte que nous vous proposons de vous donner quelques précisions.

 

Prenons l’exemple le Cinéma.

Son utilité dans la vie locale est évidente et jamais nous n’avons envisagé sa fermeture, même s’il est nécessaire de penser à une rénovation plus en profondeur, voire une nouvelle implantation dans le cadre de l’aménagement du centre-bourg. Les devis liés à sa modernisation ont été préparés en leur temps sans que l’urgence à réaliser les travaux se fasse sentir, le passage au numérique étant, il y a peu de temps encore, prévu en 2015.   L’accélération du passage au numérique a été suivie sans interruption des programmations.

Cela valait-il une levée de boucliers citoyens ? Fallait-il réveiller pour ce sujet les porte-drapeaux assoupis ? Certainement pas, sauf à remettre tout le monde sur pied de guerre pour les échéances à venir.

Faute de pouvoir faire référence aux comptes-rendus des Conseils municipaux qui attestent tous d'une fin de non recevoir y compris deux mois avant, la majorité se plait dans la polémique et voudrait nous faire croire que tout était prêt et qu'il n'était pas utile d'alerter la population. Pourquoi alors avoir   fait une demande de subvention, dans l'urgence, après la réunion publique ?

Concernant la rénovation de la salle, la question a été posée lors du CM du 29 octobre 2010 et à l'époque leur réflexion était déjà engagée depuis 8 mois! Ce problème devait être traité avec la numérisation mais à l'évidence 3 ans de réflexion n'ont pas suffi et si tout ceci relève de la "gestion raisonnée" on est bien loin de la gestion "bon père de famille".

 

Comment laisser dire sans amertume que rien n’est fait pour redynamiser la ville alors qu’une étude de réaménagement du Centre-Bourg,  est en cours. Etude née du projet présenté par la Commune au Parc Naturel  Régional Livradois Forez, financé par le Conseil Général. Etude innovante,  quasiment gratuite pour nous qui, en plus de l’intérêt local, servira d’exemple pour d’autres communes du département. Etude qui laisse déjà entrevoir des pistes très concrètes, contrairement à d’autres études dans le passé pour lesquelles l’intérêt  s’arrêtait aux portes du bureau d’étude qui les avait réalisées.

Dans un contexte national de morosité, Courpière se bat pour favoriser les initiatives au travers des actions menées avec la Communauté de Communes qui elle, a compétence en matière de Commerce, Artisanat et industrie.

Si l'étude de l’aménagement du centre-bourg n'est pas critiquable on voit bien aussi que c'est un nouvel argument de fuite en avant utilisé en toutes circonstances y compris pour justifier l'abandon de l'étude et de la rénovation de la place de la Libération. 

Quant aux actions concrètes de redynamisation de la ville nous n'avons toujours pas réussi à les identifier mais par contre l'actualité nous conduit à demander à M Serin combien d'entreprises ont quitté Courpière depuis son arrivée aussi bien à la Mairie qu'à la Communauté de Communes où il a en charge l'économie et l'emploi.

 

Parlons du Pôle Petite enfance. Comment le budget de la Commune pourrait-il  aujourd’hui supporter  le coût de fonctionnement d’un pôle petite enfance, coût qui n’a jamais pu nous être communiqué. Nous pouvons comprendre la déception de ceux qui complaisamment s’étaient déjà vu attribuer un poste. Le seul paiement des salaires impliquerait une dépense annuelle de plus de 250 000€. Ce projet aurait certainement dû faire l’objet d’une réflexion communautaire ou d’une initiative privée.

Que vient faire le pôle petite enfance dans ce bulletin alors que ce dossier a été refermé en 2008 avant même d'être étudié ? A qui veut on faire croire que les élus de Celles sur Durolle, qui ont été capables de reprendre ce projet, sont des irresponsables ? Cela est d'autant plus déplorable que ce pôle petite enfance était très bien subventionné, qu'il coûtait très peu en dépense énergétique et recevait d'importantes subventions de fonctionnement.

 

Utilisons aussi cet espace pour rappeler à tous la situation particulière de la Commune, doublement frappée par une conjoncture économique déplorable et par un sinistre qui obère ses capacités financières de façon sévère, nous imposant la suspension de projets structurants qui nous tiennent à cœur.

Comment ne pas soutenir la gestion rigoureuse imposée par le Maire auquel on pourra reprocher un manque de facilité de communication, mais qui est plus souvent aux affaires qu’aux poignées de mains.

Gestion rigoureuse nous dit-on ! Encore des mots qui ne sonnent pas bien avec, par exemple, les 149 000€ investis à fonds perdus à La Bezeix pour des organisateurs du Free-Wheels qui ont laissé une ardoise de 700 000 euros aux entreprises du territoire.

 

Gageons qu’il s’agit là d’une méthode qui  aujourd’hui a permis de limiter les risques et qui permettra demain d’en limiter les conséquences.

Nous ne sommes pas sûrs que la méthode qui consiste, à  refaire la voirie seulement aux endroits où on n'intervient pas sur les  réseaux soit la meilleure façon d'en limiter les conséquences.

 

Le Groupe Majoritaire

Les élus de l'opposition

 

Publié dans Mandat JN. Serin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article