BULLETIN MUNICIPAL - EXPRESSION LIBRE

Publié le par Unis pour Courpière

 

Le bulletin municipal annuel de Courpière arrive actuellement dans vos boites aux lettres.

Comme le veut la loi, une tribune  libre est réservée aux membres de la majorité et de l'opposition. Nous publions ici les deux documents où vous verrez que nous n'avons pas résisté au plaisir de rajouter nos propres commentaires. 

UNIS POUR COURPIERE

Dans un contexte national difficile, où les financements réservés aux collectivités sont en baisse, la gestion d'une commune ne devrait pas laisser de place à l'improvisation. C'est à partir d'une forte et dynamique volonté et un travail sérieux en Commission que l'on devrait  trouver la meilleure solution pour chaque dossier important.

Force est de constater qu'à Courpière, ce travail est devenu inexistant. C'est donc en spectateur que nous avons assisté aux errements de la majorité qui se paient cependant au tarif fort :

-  Après avoir lancé l'étude, pour 55 000€, de la place de La Libération, M. Serin a tout arrêté.

- Il  a décidé  d'emprunter 838 000€, à contre courant, sans en avoir réellement besoin  et à un taux de 4,72%, alors qu'une commune voisine a emprunté à 4% !

- C'est encore 149 000€ investis à fonds perdus à La Bezeix pour les besoins du Free Wheels au détriment de travaux dans la commune (entre autres, de la fin de la mise aux normes de l'éclairage des Rioux) avec à la clé un dépôt de bilan du Free Wheels et une ardoise de        669 529€ pour  près de 60 entreprises ou collectivités.

Après avoir réalisé l'assainissement du quartier de la Gare en réseau unitaire et reporté les difficultés sur les générations futures, M.Imberdis définit la programmation de la voirie dans la facilité en ne retenant que les rues qui ne nécessitent pas d'intervention sur les réseaux de l'eau et de l'assainissement. La rue Etienne Bonhomme n'est donc pas pour demain !

Légèreté, facilité mais aussi opacité : Malgré nos nombreuses demandes, il est impossible pour l'opposition de connaître les critères sur lesquels s'élaborent le subventionnement de la vie associative.

Quid du cinéma ? Alors que l'an prochain, il sera pratiquement impossible de trouver des films sous forme de bobines, les travaux nécessaires pour passer au numérique ne sont toujours pas envisagés. A-t-on décidé sa fermeture ?

Nous le constatons tous, Courpière s'endort, les commerces disparaissent, les projets structurant ne sont pas au rendez vous. Dans le même temps, avec une gestion au jour le jour, les gaspillages vont bon train et la recherche de recettes à travers la nouvelle taxe d'aménagement, initialement prévue à 1% mais fixée par M Serin à 3,50%, ne peut qu'inciter les futurs propriétaires à faire construire ailleurs.

Partant de ce constat, nous avons décidé d'organiser des réunions périodiques pour informer les Courpiérois des dysfonctionnements que nous avons constatés, des difficultés que nous rencontrons et surtout pour échanger sur les actions à mettre en œuvre pour redynamiser notre ville. 

En attendant, notre blog unispourcourpiere.org est toujours à votre disposition, vous pouvez également nous rencontrer tous les mardis en Mairie et nous transmettre vos questions que nous soumettrons au conseil municipal.

 

GROUPE MAJORITAIRE

Le Budget 2012 vient d’être voté à l’unanimité des membres de notre groupe.

Tellement soulagés cette année par ce vote qu'ils ont oublié qu'il s'agit du bulletin 2011  !

Or, en 2011, le budget n'a été adopté que par 14 conseillers sur 27. Depuis, l'ambiance est plutôt tendue dans la majorité!

C’est un budget maîtrisé, bâti dans le souci permanent de ne pas faire vivre la Commune « au-dessus de ses moyens », moyens limités à ceux d’une petite ville de moins de 5 000 habitants, protégeant ainsi  le pouvoir d’achat de nos concitoyens.

Sauf pour les indemnités des adjoints qui correspondent à une ville de 9999 habitants !

C’est un budget raisonné,  construit cette année encore avec sagesse, nous obligeant à faire des choix quelquefois imposés par une nécessité de cohérence.

La place de la Libération et la conduite des travaux de la rue Morin-Fournioux en sont des parfaites illustrations !

CHOISIR ou non d’augmenter la part  communale de l’impôt. Nous l’avons fait en 2011 ; augmentation modérée, fruit d’une réflexion controversée entre nous, mais réflexion basée sur un calcul visant un résultat différé utile pour l’avenir et non le résultat d’une décision d’impulsion.

C'est nouveau, on n'avait pas compris, c'était pour l'avenir ...mais surtout pas pour payer les indemnités des élus ou pour compenser les gaspillages et encore moins pour le Free-Weels!

CHOISIR  ou  non d’inscrire un projet plutôt qu’un autre. C’est ce qui vient de se passer pour le Parking des Laudens,  qui sera prêt pour la rentrée 2012, accompagnant ainsi les travaux  de rénovation de l’Ecole Primaire assurés par  la Communauté de Communes. Ce choix, imposé par les dates   a supplanté le projet de la Place de la Libération qui a du céder le pas ; pas de quoi alimenter  la polémique faisant voir dans cette décision l’amorce d’une valse-hésitation.

Les travaux de l'école étaient pourtant  connus depuis 4 ans !

CHOISIR ou non un chemin plutôt qu’un autre dans l’important programme des travaux de voierie. Nous avons depuis notre arrivée accordé une très grande part budgétaire, soit près d’1 million d’euros à ces travaux. Les chemins aujourd’hui, pour nombre d’entre eux, sont en bien meilleur état  qu’ils l’étaient alors.  Pas de leçon s’il vous plait !!

Les Courpiérois le constatent tous les jours, y compris l'entretien des fossés !

Notre vision de l’Avenir n’a pas changé. Elle porte toujours en elle l’espoir d’une renaissance économique.

Mais bien sûr, il n'y  plus qu'à attendre ...la fermeture du dernier magasin !

 Faisons confiance à la sagesse et à la patience. 

Bonne nuit les petits !

 Nous refuserons toujours d’agir dans l’impulsion. Nous ne sommes pas de ceux qui éludent dans leurs prévisions le coût de fonctionnement de leurs réalisations - nous y faisons face pour eux aujourd’hui sans aucune amertume, mais nous nous devons de vous rappeler que l’argent utilisé à ces fins  ne peut pas l’être ailleurs !

Un peu court pour justifier l'absence de réalisation mais nous sommes bien d'accord, l'argent investi dans l'évènementiel Free-Wheels et Country n'est pas mis ailleurs et les 60 entreprises ou collectivités ne retrouverons pas les 700 000 euros d'ardoise. C'était pourtant bien en 2011 !

Mais ne politisons pas de manière contre-productive la vie communale.

Aujourd’hui les urnes nous laissent espérer qu’Etat, Région, Conseil Général, réunis derrière la même bannière, sauront apporter aux Collectivités Locales un soutien à la hauteur de leurs promesses.

Politisons pas ou politisons ?

 

Publié dans Mandat JN. Serin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nostalgie 23/08/2012 09:45

Pas surprenant que ZORRO ne veuille pas affronter le suffrage des citoyens. Il s'est bien rendu compte qu'il ne suffit pas de se proclamer le meilleur et que les Courpiérois attendent autre chose
que du vent.Il ne suffit pas non plus à IMMOBILIX de parader et s'autoproclamer pour dissimuler ses insuffisances et son isolement.
Le FRIC WEELS leur allait finalement si bien !

halte à la ploutocratie 10/08/2012 09:52

Ben il n'y a pas le Fric Wheels cette année ? On ne nous dit pas tout ? Chacun, pourra admirer les retombées touristiques pour la ville cet été de deux éditions de cette sauterie qui a plombé
l'économie locale. Pas un motard n'est revenu sur les lieux du crime. Le bulletin annuel 2011 et le dernier conseil reflètent la désolation dans laquelle se trouve notre ville :Ne rien faire . il
se dit en ville que le Maréchal SERIN, putschiste en son temps, se lasse d'être le 1er magistrat de la ville dans une majorité chancelante et la montée du mécontentement de la population.IL
passerait bien la main pour la prochaine fois à son bras droit (et pour cause)l'adjoint chargé du développement, de l'économie et des travaux.Bref,c'estl'homme de la situation il s'appelle
IMMOBILIX !