SITUATION PREOCCUPANTE A L’EHPAD DE COURPIERE - PRISE DE POSITION DU MAIRE

Publié le par Unis pour Courpière

Je suis Présidente du Conseil d’Administration de l’EHPAD de Courpière. Ce titre me confère une responsabilité morale sans pouvoirs, puisque la gestion est du ressort du directeur et le financement revient aux deux autorités de tutelle que sont le Département et l’Agence Régionale de Santé.

En tant que Présidente du Conseil d’Administration, j’ai tenu à accompagner la délégation de l’Intersyndicale reçue par Monsieur le Sous-Préfet vendredi 22 juin dernier pour y exposer mon analyse de la situation de blocage actuel et mes propositions pour sortir du conflit.

La direction de L’Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) « Les Papillons d’Or » doit faire face à une situation particulièrement complexe pour assainir financièrement l’établissement.

Les « Papillons d’Or » affrontent les problèmes graves de tous les EHPAD de France : les dotations et le prix de journée ne correspondent plus aux dépenses normales d’un EHPAD, et engendrent une dérive vers une gestion financière indigne de la prise en charges de nos aînés dépendants.

A Courpière comme partout, on demande plus de travail avec moins de personnel. La pression stresse et épuise tout le personnel. Cela génère de l’absentéisme, qui dégrade encore plus les conditions de travail de ceux qui restent à leur poste.

Malheureusement à Courpière, s’y rajoutent des risques psycho-sociaux, dont les causes précises ont été analysées il y a deux ans dans l’étude SECAFI dont disposent les autorités de tutelle. Causes qui expliquent le climat de travail détestable qui régnait dans l’établissement au moment de l’arrivée du nouveau directeur qui s’est énormément investi pour que l’établissement retrouve son rôle d’apporter confort et bien-être aux résidents.

S’y rajoutent des impayés dus à l’établissement dont le recouvrement n’a pas été géré par la Trésorerie de Courpière (elle aussi en but à des problèmes de départ en retraite et d’arrêts maladie non remplacés).

Enfin, les indicateurs (qui évaluent la dépendance des résidents et la nécessité de soins selon les problèmes de santé des résidents pris en charge) étaient au plus bas pour l’EHPAD de Courpière et ne correspondaient pas à la charge réelle de travail induit (ayant été évalués en situation atypique et non repris par manque d’implication de l’ancienne direction en 2017).

Grâce à la mobilisation des cadres actuels, ces indicateurs ont été revus significativement à la hausse en mai 2018 et c’est tant mieux. Sans y régler les problèmes d’équilibre budgétaire (loin de là), cela va apporter une amélioration de la contribution du Département au fonctionnement 2019 de l’EHPAD, mais au budget 2018 nous restons dans l’impasse budgétaire, c’est ce qui a amené le directeur à proposer des mesures drastiques concernant le personnel.

J’ai fait connaître ma position de Présidente du Conseil d’Administration au directeur : le seul recours à la réduction du budget « ressources humaines » pour rétablir l’équilibre budgétaire ne saurait résoudre cette situation devenue invivable.

Je comprends la réaction de l’Intersyndicale, et plus largement des nombreux agents rencontrés ces jours derniers. Ce qui les révolte c’est qu’on leur demande de combler un déficit dont ils ne sont pas responsables.

             C’est pourquoi, je fais la proposition de rencontrer (avec le Sous-Préfet) les autorités de tutelle pour tenter, ensemble, de trouver d’autres solutions que de s’en prendre aux RTT des agents.

J’ai demandé au nouveau trésorier de s’investir dans le traitement du recouvrement des dettes dues à l’EHPAD. Une grosse partie de cette dette provient du Département (lui-même étranglé dans ses recettes), un effort exceptionnel pourrait être sollicité pour aider l’EHPAD de Courpière à accueillir nos aînés dignement.

Une autre piste indispensable pourrait être mobilisée, à titre exceptionnel, compte tenu de la situation décrite : faire appel à l’enveloppe annoncée par Agnès BUZYN, Ministre des Solidarités et de la Santé, pour les EHPAD en difficulté.

C. SAMSON,

Présidente du Conseil d’Administration de l’EHPAD

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article