Nos débats avec la Police de l’Eau :

Publié le par Unis pour Courpière

Voici l’intervention du Maire au Conseil Municipal du 29 janvier dernier.

 

« Vous vous souvenez des alertes de la Police de l’eau contre la surcharge d’arrivée des eaux parasites claires qui entraîne le rejet de pollution à la Dore.

Les alertes datent de 2005. Il y a eu une étude en 2006, suivie de travaux rue Morin Fournioux  puis plus rien pendant des années.

A notre arrivée en 2014, puis en 2015, nouvelle alerte avec menace de bloquer les permis de construire entrainant de nouveaux habitants, puisque la Police de l’Eau, échaudée par des sommations non suivies d’effet, n’a plus totalement confiance dans les élus locaux.

Nous réagissons en finançant dès 2016 l’actualisation de l’étude 2006 et cela aboutit à un engagement de programmation pluriannuelle de travaux (délibération du 24 octobre 2016).

Fin 2017, l’Europe sanctionne la France pour ses rejets de pollution dans les fleuves, l’Etat central redescend la sanction sur les Directions Départementales des Territoires qui se retournent maintenant contre les Conseils Municipaux ayant encore une station d’épuration non conforme.

Ces engagements de 2016, les négociations amiables pour acheter les terrains stratégiques où placer les futurs bassins de rétention de l’eau de pluie, tout comme la programmation et la réalisation des travaux sur le réseau d’assainissement et le réseau pluvial prennent quelques années avant d’obtenir un résultat sur les mètres cube d’eaux claires parasites évités à la station d’épuration.

Depuis notre délibération d’octobre 2016, nous avons été strictement respectueux des engagements pris et, à la fin Mars 2018, c’est 80 m3 d’eaux claires parasites qui seront ôtés de la station d’épuration  principale (cela aurait même été un peu plus tôt si l’amiante n’avait pas retardé les travaux de la rue Etienne Bonhomme).

La Police de l’Eau veut maintenant que nos engagements s’appliquent à notre mandat et contraignent les mandats suivants ; un arrêté préfectoral va nous l’imposer fin février 2018, mais la Police de l’Eau attendra la fin des travaux sur le réseau pluvial de la rue Etienne Bonhomme et le vote du budget le 26 mars 2018 (avec les engagements des dépenses sur les réseaux et les preuves de lancement des marchés de travaux qu’elle y attend), pour nous autoriser à accorder de nouveaux permis de construire induisant de nouveaux habitants. Cela est pénalisant pour Courpière, mais on est dans la même démarche que pour les accès handicapés (non respectés depuis des années, sans réaction de l’Etat), vient l’étape où les Villes sont contraintes, et c’est le mauvais moment car tout arrive en même temps et nos moyens ont bien du mal à suivre ! »

 

 

 

Christiane SAMSON,

Maire de Courpière

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article