LE BUDGET 2017 A ETE VOTE LE 20 MARS DERNIER PAR LE CONSEIL MUNICIPAL, VOICI L’INTERVENTION DU MAIRE

Publié le par Unis pour Courpière

- La baisse des dotations d’Etat la plus forte depuis trois ans,

- des décisions de subventions qui n’arrivent pas toujours dans les délais prévus,

- la vétusté des deux chaudières qui menacent de tomber en panne à la Mairie et à la Salle d’Animation,

- l’aide à l’installation de médecins généralistes qu’il faut bien envisager car c’est un besoin vital pour Courpière,

- nos obligations de rendre accessibles aux handicapés les bâtiments communaux recevant du public,

- les mises aux normes électriques imposées,

- et les consignes strictes de la Police de l’Eau à respecter,

tout cela nous contraint en 2017 à devoir différer un gros chantier, celui de l’aménagement complet de la place Jules Ferry, afin d’assumer nos obligations sans augmenter la part communale des impôts locaux.

Pour autant, ce quartier ne sera pas « laissé pour compte » puisque les budgets de l’eau et de l’assainissement de la Commune referont en 2017, les canalisations des rues Chamerlat et République, ainsi que l’eau et l’assainissement de la place Jules Ferry, qui sont des préalables à son aménagement.

 

Il n’était pas possible d’arrêter d’autres gros investissements en suite d’opération : ni l’église (l’ouverture des plis initiale nous assure des prix de travaux encadrés si nous démarrons la 2ème tranche avant le 14 avril 2017, et le chantier est très subventionné car c’est un monument historique classé), ni le belvédère (le dossier est très avancé, les demandes de subventions sont déjà accordées pour 50% de la dépense, des crédits européens Leader sont en cours d’instruction, et surtout, la fin des travaux conditionne le bon fonctionnement du centre de loisirs dont l’issue de secours débouche maintenant sur le belvédère).

 

Par ailleurs, nos deux chaudières les plus vétustes (au fioul dans le corps du bâtiment de la salle d’animation et au gaz dans la Mairie) ont été portées à leurs limites par les grands froids de Janvier 2017 et nous menacent maintenant d’une panne définitive à tout moment.

C’est aussi un investissement à prioriser dans la mesure où il va ensuite réduire nos dépenses de chauffage.

Vous vous souvenez que l’étude de faisabilité du réseau chaleur bois a démontré que le grand périmètre envisagé (qui éventrait la rue Etienne Bonhomme) ne serait pas rentable alors qu’un petit réseau chaleur bois centré sur un périmètre plus restreint pourra desservir tout le bâtiment de la salle d’animation, le bâtiment rose et la Mairie.

 

L’ADUHME (Association pour un Développement Harmonieux par la Maîtrise de l’Energie) nous recommande de saisir cette opportunité économiquement justifiée puisqu’elle diminuera un peu nos dépenses de chauffage de ces « gros » bâtiments communaux tout en passant de combustibles fioul et gaz à du bois d’origine auvergnate, c’est-à-dire fournir une chaleur produite à partir de sources renouvelables bois. En plus de ces préoccupations environnementales, nous sommes toujours à la recherche de ces circuits de proximité, vertueux pour la vie économique de notre Vallée de la Dore.

En outre, le fait de déplacer le grand réseau chaleur bois de la rue Etienne Bonhomme vers le petit réseau de la place de la Victoire nous permet de mener de front notre obligation « Police de l’Eau » sur les réseaux de cette rue, et notre engagement municipal d’y refaire l’aménagement de surface, tant attendu par les riverains et les habitants qui se rendent à l’Espace Coubertin ou aux écoles.

 

Ne voulant pas augmenter cette année la part communale des impôts locaux, notre marge de manœuvre était très étroite en matière de choix des investissements à prioriser : nous avons fait pour le mieux dans ce contexte de raréfaction de nos recettes.

 

Christiane SAMSON, Maire de Courpière

 

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article