TRANSPORTS : NOTRE PROGRAMME MUNICIPAL DISAIT « S’INSCRIRE DANS L’ACTION CITOYENNE POUR EXIGER LA GRATUITE DE L’AUTOROUTE JUSQU'A CLERMONT. »

Publié le par Unis pour Courpière

Notre Député, André Chassaigne, a écrit en octobre au Secrétaire d’Etat chargé des Transports, il réagit à la hausse des péages autoroutiers en France et parle de l’A 89.

Voici quelques extraits de ce courrier :

« Vous avez annoncé la préparation par le Gouvernement d’un nouveau plan autoroutier pour un milliard d’euros financé par une nouvelle hausse des péages autoroutiers, de 0,3 % à 0,4 % par an entre 2018 et 2020, et la participation des collectivités. » et que« l’argent des péages versés doit servir à financer la transition écologique dans le secteur des transports et le développement des territoires pour tous. »

Or  « sur 100 euros de péage versés, 20 à 24 euros vont directement dans les poches des actionnaires.  »

« Un exemple particulièrement flagrant de cette dérive concerne le tronçon autoroutier A89-A72, situé entre la gare de péage de Thiers-Est (la Monnerie-le-Montel) et Clermont-Ferrand. Depuis 2011, sur ce tronçon concédé aux Autoroutes du Sud de la France (Vinci), un collectif d’usagers se mobilise pour demander le gel transitoire et la gratuité de cette section pour les habitants.

Les actions initiées depuis 2011 autour de ces deux revendications ont recueilli un très large soutien des habitants et usagers du bassin thiernois, dont beaucoup sont contraints d’utiliser quotidiennement le tronçon pour leur trajet domicile-travail vers l’agglomération clermontoise. Cette dépense contrainte creuse les inégalités salariales du territoire, avec parfois 10 % du salaire net mensuel consacré aux seuls péages autoroutiers ! Vous comprendrez aisément le décalage existant entre vos propos sur l’impact supposé « faible » des augmentations de tarifs envisagées dans le cadre du plan autoroutier et la réalité des coûts engendrés pour les usagers sur les territoires !

Je tiens à rappeler également que selon les estimations de ce collectif, cette seule portion autoroutière de 30 kilomètres rapporterait ainsi chaque année « plus de 12 millions d’euros de bénéfices à ASF sans aucune contrepartie pour le territoire alors que le bassin de vie de Thiers-Ambert a besoin d’aménagements structurants pour son désenclavement, développer des transports en commun plus importants et moins onéreux, et préserver d’autres modes de transport comme le rail. »

« C’est donc une nouvelle fois que j’accompagnerai sans réserve les actions légitimes qui seront conduites dans les prochaines semaines sur ce tronçon, et qui devraient se doubler d’une convergence nationale des mobilisations sur les différents tronçons autoroutiers. Par ailleurs, et malgré des demandes répétées du collectif, je relève qu’à ce jour, aucun échange constructif pour répondre aux attentes légitimes qu’expriment les habitants et acteurs économiques du territoire n’a été programmé, malgré l’interpellation de la Préfecture et de la société concessionnaire. »

Madame le Maire est aussi signataire en août 2016, avec d’autres Maires de notre territoire, d’un appel à se mobiliser pour une autre gestion des péages autoroutiers.

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article