BUDGET ASSAINISSEMENT ET POLICE DE L’EAU

Publié le par Unis pour Courpière

Madame le Maire et Bernard PFEIFFER, Maire adjoint aux travaux ont présenté le dossier.

Le diagnostic assainissement, actualisé en 2016, a permis d’identifier les principaux réseaux en surcharge hydraulique. Il confirme la collecte de 75% d’eaux claires parasites.

Il y a donc nécessité d’engager des travaux

1 – pour respecter la réglementation :

  • Améliorer la collecte des effluents
  • Réduire les eaux claires parasites
  • Limiter les rejets de temps de pluie (tant en eaux pluviales qu’en eaux usées diluées).

2 – pour réhabiliter et faire durer des canalisations vétustes et inadaptées aux évolutions observées :

  • Nous héritons de lotissements qui n’ont pas géré leurs eaux pluviales (exemple : ex-Couzon)
  • Nous héritons de zones imperméabilisées sans bassin de rétention créé (exemple : centre commercial du bas de l’avenue de Thiers).

L’étude propose et hiérarchise un programme de travaux dans le respect des préconisations de la Police de l’Eau.

Ce programme apportera des améliorations importantes dès cette fin de mandat et engagera la collectivité dans une dynamique de rénovation pertinente pour les mandats suivants ; sachant que cette compétence devient obligatoirement communautaire à partir de 2020.

Cette étude a comporté une modélisation du réseau qui a permis de dimensionner les ouvrages de rétention des eaux pluviales en cas de violent orage mais également de vérifier le dimensionnement des réseaux à réhabiliter. Il en résulte le programme de travaux hiérarchisé qui est soumis au Conseil Municipal.

 

Pour répondre aux normes que nous imposent les services de l’Etat et notamment la Police de l’Eau, à savoir : un débit maximum de fuite des eaux pluviales de 3 litres par seconde à l’hectare, on ne peut pas éviter d’en passer par la création de deux bassins-tampon à mi-pente. Par ailleurs, la station d’épuration principale a 40 ans et est considérée comme en fin de vie, il convient donc de programmer aussi sa restructuration.

Il apparaît que sans l’engagement dès cet automne du Conseil Municipal à financer les études de ces gros projets durant ce mandat et à s’engager dans une programmation de ces travaux d’amélioration à court, moyen et long termes, ce sont les autorisations de construire à Courpière qui pourraient être entravées par la Police de l’Eau.

 

Les engagements de fin de mandat proposés au vote du  Conseil Municipal du 24 ont été approuvés à une large majorité (et ont recueilli l’abstention des 6 élus de l’opposition) :

Année 2017 : rue Etienne Bonhomme et étude des deux bassins d’orage à mi-pente (195 000 €).

Année 2018 : avenue de Thiers et réseau de collecte du collège Saint-Pierre  (427 000 €).

Année 2019 : rue Abbé Dacher, étude de la restructuration de la station d’épuration et auto-surveillance du déversoir d’orage rue Voltaire (320 000 €).

 

Tout le dossier « diagnostic assainissement et eaux pluviales » est à la disposition du public à l’accueil de la mairie.

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article