UNE REUNION DE CONCERTATION SUR LE PROJET DE PLACE JULES FERRY S’EST TENUE EN MAIRIE LE 8 JUILLET 2016

Publié le par Unis pour Courpière

Le Maire a rappelé que la place Jules Ferry est un des lieux confiés au cabinet « SPACES » dans la mission de réaménagement des espaces publics du centre-ville, destinée à retrouver de l’attractivité et à redonner du bien-être aux habitants.

Le concepteur a ensuite expliqué sa démarche, qui arrive après une concertation qui a nourri ses pistes de travail.

La place est petite mais c’est un espace libre, c’est-à-dire rare dans ce cœur de bourg très dense, elle est donc digne d’intérêt.

Ce choix d’aménagement est original puisqu’il ne démarre pas à Courpière par le lieu le plus courant : l’aménagement de la symbolique place de la Mairie.

La forte densité médiévale de ce bâti est devenue inadaptée au mode de vie actuel et doit être recomposée.

Le lieu, petit, doit faire une place à la voiture, sans remplir l’espace à vivre par des automobiles.

Le défi consiste à y faire entrer les envies que la concertation a exprimées (des jeux d’enfants au sol, du stationnement, de la verdure, un puits, des bancs…) tout en préservant l’esthétique du lieu.

Les fondements retenus pour le projet sont :

  • concilier fonctions et usages en travaillant l’interface public – privé et en intégrant le stationnement de proximité (4 à 5 places) tout en privilégiant le confort du piéton.
  • créer des perspectives pour « agrandir » l’espace par la continuité de matériaux sobres entre la voirie et la place.
  • introduire une nature de proximité en plantant les seuils des habitations et en concevant, avec le service espaces verts municipal, un traitement de diversité végétale limitant l’entretien public tout en offrant à l’œil un espace jardiné.
  • garder le souci de la perméabilité des sols.

Trois esquisses ont été projetées sur l’écran :

  • La première évite les démolitions des bâtiments appartenant à la Ville afin de limiter les dépenses de reprises de pignons, elle privilégie la séparation du piéton et de la voiture dans les rues, l’espace vert est visible dès l’arrivée sur la place, le stationnement se fait à minima (4 voitures), les seuils des habitations sont plantés.
  • La deuxième démolit ce bâti, cela permet d’aller jusqu’à 4 ou 5 voitures (voire 6)) stationnées dont 3 seulement sur la place, le sol est rainuré par une alternance du minéral et du végétal (il reste perméable), des bancs sont construits en bordure des espaces verts où on ne veut pas de voitures, un puits est installé.
  • La troisième esquisse tombe le bâti, et sectionne l’espace par des parties minérales plus affirmées qui alternent avec de petits espaces jardinés plus intimes.

C’est un projet qualitatif, sans être luxueux, mais plus coûteux que les deux autres car il emploie plus de matériaux au sol.

Il intègre 4 ou 5 stationnements.

Les habitants ont fait leurs remarques, notamment l’existence d’un logement à rez-de-chaussée pour une personne à mobilité réduite, un ancien puits qui déborde dès qu’il pleut, la possibilité d’envisager un petit espace privé derrière les futurs parkings du bâti démoli, le souci d’éviter les voitures juste devant la porte et les fenêtres d’un immeuble existant.

Ces remarques seront intégrées au projet qui n’en est qu’aux esquisses, l’évolution de l’avant-projet sera mise sur « facebook » afin que les habitants puissent continuer de réagir cet été préalablement à l’avant-projet définitif, ses chiffrages et ses arbitrages à l’automne.

A noter que le porche vers le boulevard ne sera pas possible à court terme puisque l’accord amiable sur le prix d’achat du bâtiment et du jardin n’ont pas pu être trouvés mais l’aménagement de la place intégrera ce projet d’ouverture afin de préserver cette possibilité dans un avenir plus lointain.

L’objectif est de démarrer le projet actuel tout début 2017.

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article