LE ROLE DE LA MISSION LOCALE A COURPIERE

Publié le par Unis pour Courpière

L’association « Mission Locale » de l’arrondissement de Thiers travaille avec les élus de Courpière sur les questions d’insertion et d’emploi des jeunes de 16 ans à 25 ans.

C’est pourquoi Madame le Maire avait invité M. EBERLÉ, le Directeur, à venir présenter son travail au Conseil Municipal du 23 Mai dernier.

Son intervention était très intéressante pour mieux comprendre ce travail vis-à-vis de la jeunesse. Aussi, nous vous en synthétisons les principales informations :

l Nous avons une autre approche que Pôle Emploi, dans la mesure où nous intégrons le social, la mobilité, la santé, les problèmes de recherche d’emploi du jeune sont pris dans leur globalité.

Nous prenons le relai du Centre d’Information et d’Orientation (CIO), dès que le jeune, est en fin de scolarité.

l Notre accompagnement n’est pas obligatoire, certains s’inscrivent directement à Pôle Emploi, d’autres le perçoivent comme une contrainte, et c’est leur droit de le refuser.

l Nous avons des dispositifs renforcés à leur proposer : par exemple la garantie jeunes qui leur demande de venir tous les jours en atelier collectif d’accompagnement pendant six semaines (on y travaille le savoir-être, le CV, la lettre de motivation), puis de faire des stages en entreprise.

Le jeune perçoit une allocation de 461 € par mois mais doit respecter son contrat : en échange de cette allocation on demande des droits et des devoirs.

Nous avons deux permanences sur Courpière.

l Nous avons une assistance sociale qui intervient sur les situations les plus difficiles (à Courpière, proportionnellement il y en a autant qu’à Thiers).

Le pôle social de la Mission a été renforcé par un partenariat avec des associations comme le Secours Populaire, nous faisons aussi du micro-crédit.

l Nous travaillons avec les entreprises pour mettre les jeunes en stage, en chantier d’insertion, pour leur trouver un maître d’apprentissage, un job agricole sur des vendanges l’été, ou dans la station du Sancy l’hiver.

l Avec « mobilité 63 », nous avons expérimenté des cours de code adaptés à leurs problèmes pour se présenter à l’épreuve.

l Actuellement la Mission Locale suit 79 jeunes sur Courpière.

Leurs deux principaux problèmes est qu’ils ne sont ni diplômés ni mobiles :

  • Ils sortent souvent sans diplômes de l’école et n’ont pas envie d’y retourner. La Mission Locale fait un gros travail pour leur faire comprendre qu’il faut retourner à l’école sur Clermont ou Vichy dans un GRETA pour se former.
  • Ils ne sont pas mobiles (ni mobylette, ni permis, ni voiture, ni souvent prêts dans leur tête à se lancer dans « l’aventure »).

l La Mission Locale les ouvre à tout cela et au savoir-être dans l’emploi (être à l’heure le matin, respecter les consignes données... c’est-à-dire les codes du monde du travail) puis on négocie, pour eux, avec les entreprises des stages en immersion. Cela leur permet de montrer leur savoir-être et cela débloque souvent une acceptation en contrat d’apprentissage et un emploi à la clef parfois.

Enfin, il faut les aider à financer ce qui leur permet de s’y rendre.

l La Mission Locale a un public très hétérogène, parfois cette méthode n’est pas adaptée, il faut essayer de les resocialiser avec une première mission qui leur redonne confiance en eux avant de les envoyer en formation puis en entreprise : c’est le rôle des chantiers – école avec des associations d’insertion qui les remobilisent. Ensuite, le jeune a davantage confiance en lui et on va pouvoir lui trouver une première mission.

La Municipalité a été très intéressée à amorcer ce travail avec la Mission Locale car cela correspond vraiment aux besoins de toute une partie de notre public jeune, qui est très éloigné de l’emploi, sorti de l’école parfois sans savoir faire, ni savoir-être et qui a besoin de reprendre confiance pour trouver sa place dans la société.

La Municipalité

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article