LES INTERVENTIONS DES POMPIERS SANS CARACTERE D’URGENCE DESORMAIS FACTUREES AUX HABITANTS ?

Publié le par Unis pour Courpière

Voici le courrier que Madame la Maire de Courpière a adressé le 4 avril 2016 au Vice-Président du SDIS 63 :

« C’est avec beaucoup d’étonnement que j’enregistre les récentes décisions du Conseil d’Administration du Service Départemental d’Incendie et de Secours du Puy-de-Dôme : les interventions des pompiers sans caractère d’urgence (c’est-à-dire sans que l’intégrité physique ou la vie de la victime soit en jeu) seront désormais facturées aux habitants.

Désormais, la destruction d’un nid de guêpes ou de frelons chez un particulier coûtera entre 200 et 500 euros (selon la hauteur du nid) et le déblocage d’une personne dans un ascenseur coûtera entre 250 et 450 euros (selon le jour et l’heure de l’intervention).

Le budget 2016 de la Commune de Courpière verse déjà 26,09 euros par habitant, c’est-à-dire la rondelette somme de 117 885 euros pour contribuer à financer les secours d’urgence des sapeurs-pompiers.

Les habitants vont estimer, à juste titre, qu’ils payent deux fois : une première fois dans leurs impôts locaux et une seconde fois s’ils ont la malchance d’être victimes d’un nid de guêpes mal placé ou d’un ascenseur en panne au mauvais moment.

Agissant ainsi, vous remettez en cause la notion même de service public remplacé par des services payants (privés ou non).

Le service public c’est le bien précieux de ceux qui n’ont pas de richesses. Le riche, lui, sera toujours secouru puisqu’il pourra payer le service de secours qu’il n’hésitera pas à appeler en cas de besoin, pour la grand-mère avec sa petite retraite, ce sera plus délicat.

Le service public des Sapeurs-Pompiers est très apprécié des français, précisément parce qu’il ne fait pas de distinction dans la détresse face aux dangers. Il est aujourd’hui rogné dans ses missions de proximité.

Espérons que l’expression des nombreuses détresses et protestations remontant des différents points du territoire départemental amènera le Conseil d’Administration du SDIS 63 à reconsidérer sa décision du 29 février dernier. »

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article