DISCOURS DU MAIRE LORS DE LA TRADITIONNELLE RECEPTION MUNICIPALE DES CORPS CONSTITUES ET DES ASSOCIATIONS LOCALES

Publié le par Unis pour Courpière

L’année 2015 a été frappée par l’horreur des attaques terroristes.

Courpière a su y faire face dans la solennité des rassemblements laïcs autour de nos valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, comme dans l’expression de nos moments conviviaux traditionnels que sont la Rosière, la Foire de la Saint-Martin, ou le marché de Noël.

Courpière a poursuivi ses chantiers qui, même s’ils créent une gêne momentanée, sont indispensables car ils préparent l’avenir.

En 2016, il va nous falloir poursuivre la lutte entamée avec l’Association des Maires de France contre l’application de la loi NOTRe qui fragilise les Communes, notamment en baissant encore les dotations de l’Etat. Le Congrès des Maires, reporté en juin 2016, en sera un moment fort.

Vous nous avez aidés, en 2015, par votre mobilisation, par vos pétitions, venues s’ajouter à celles remontées de toute la France vers l’Association de Maires.

C’est même grâce à cela que nous commençons à être, un peu, entendus à la marge :

- la dotation de solidarité rurale dont nous bénéficions à Courpière est annoncée en légère progression en 2016 (mais nous attendons encore le chiffre concret pour Courpière).

- les dépenses d’entretien des bâtiments publics verront leur TVA remboursée aux Communes.

C’est bien, mais c’est insuffisant.

Aujourd’hui, malgré nos efforts de gestion, cette baisse des dotations, ajoutée à l’impact des normes et à la hausse des dépenses contraintes, compromet l’équilibre du fonctionnement de notre Commune.

Nous ne pourrons plus éviter dès 2016, et une nouvelle baisse des subventions aux associations, l’arrêt de certains services aux habitants, et le recours à l’augmentation des impôts locaux.

A quelle hauteur ? Nous en débattrons dans le Débat d’Orientation Budgétaire.

Cela fait plus d’un an que les Maires alertent les pouvoirs publics.

A ce jour, aucun accord n’a été acté sur la réduction et l’étalement de la baisse des dotations.

Les quelques mesures consenties n’auront pas d’effet correcteur significatif.

Il faut amplifier la protestation car le Conseil Constitutionnel vient de décider que cette baisse des dotations de l’Etat aux Communes était acceptable car conforme à la Constitution.

Mais le problème, pour le Maires, n’est pas la contradiction avec l’esprit de la Constitution française, c’est la progressivité exponentielle de la ponction maintenue !

Sur notre budget de fonctionnement, 25 000 euros en moins en 2014, et 62 000 euros en 2015 ont pu, avec des difficultés, être compensés par des économies de gestion.

En revanche, les 147 000 euros de ponction en 2016, et les 209 000 euros en 2017, sont, eux, insoutenables.

Je compte donc sur votre mobilisation au moment du Congrès des Maires en juin prochain, pour appuyer notre revendication légitime d’une modération de la ponction et de son étalement dans le temps.

En 2016, l’Etat baisse l’impôt sur le revenu de 2 milliards, et ponctionne les Communes de 2 milliards. Cela pourrait bien amener les esprits taquins à faire le rapprochement et à penser que l’Etat transfère ainsi son impopularité fiscale vers les Communes !

J’ai cependant, une bonne nouvelle à vous annoncer, elle concerne la gare de Courpière.

Il nous a fallu six mois de travail avec la volonté politique d’aboutir à débloquer ce dossier de revitalisation économique.

Nous avons levé, une à une, les servitudes qui pesaient sur cette emprise foncière, et qui faisaient fuir les investisseurs potentiels depuis des années.

Grâce à la compétence de nos services, à la coopération du syndicat ferroviaire et à la ténacité de nos investisseurs privés, nous pouvons vous annoncer que le bâtiment de la gare et sa grande emprise foncière vont être vendus à deux kinésithérapeutes et à un ostéopathe de Courpière.

Ils vont déposer un permis de réhabiliter pour mener les travaux

nécessaires afin d’y installer leurs activités professionnelles dans de bonnes conditions et pouvoir y accueillir bientôt un quatrième praticien.

Ce beau bâtiment, dont l’architecture typée clôt l’avenue de la gare, et met en valeur le relief du Grun de Chignore, est emblématique de notre ville.

Cette belle façade va retrouver une seconde vie !

Ce quartier poursuit ainsi sa revitalisation économique amorcée lors de la reprise des locaux COUZON par l’entreprise PSN GUILLAUMONT.

Ces services paramédicaux sont très utiles à Courpière et au Pays de Courpière, certains y trouvent une démarche de prévention et d’entretien de leur corps, d’autres aide et réconfort face à un accident ; ils seront aussi très utiles à notre population vieillissante.

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article