Le Conseil municipal du 26 octobre a été tenu au courant de l’évolution du chantier du rempart :

Publié le par Unis pour Courpière

AVENANT N°2 SUR LES TRAVAUX DU REMPART

Je souhaite vous donner des informations sur le petit renchérissement financier et le dérapage des délais pour finir l’énorme chantier du rempart.

Au cours de ce chantier, dans la partie du rempart conforté sous la poste, les travaux de terrassement prévus jusqu’au terrain naturel ont découvert que l’ouvrage médiéval n’était pas fondé sur le terrain naturel actuel du parc Lasdonnas (comme le reste du rempart effondré et son contrefort Est) mais se trouvait comme « suspendu » à environ 1,50 mètre plus haut, reposant sur un sol d’origine très déstructuré.

Des solutions techniques ont été soumises à l’Architecte des Bâtiments de France (ABF), et il a été retenu la création d’un talus recouvert d’herbe en pente douce dans l’esprit de retrouver une logique de continuité avec les talus verts existants dans l’environnement immédiat du Parc Lasdonnas.

L’accord de l’ABF et du Préfet de Région n’a été obtenu qu’en août, ce qui explique le report de levée du péril de l’été à septembre dernier.

Par ailleurs, les caractéristiques techniques et les pentes des canalisations existantes à l’arrière de la Poste nous ont amenés à devoir renoncer à l’enfouissement des tuyaux qui descendent le long du rempart sous la Poste. L’ABF a donc décidé de nous demander de les masquer par une peinture en harmonie avec le rempart conservé et une végétalisation grimpante.

Ces aléas aboutissent à faire déraper la pose du parement en pierre sur la période critique du gel hivernal qui impose l’arrêt du rejointoiement à la chaux. Cela peut rajouter, dans le cas d’une météo très défavorable, un allongement des délais du chantier de 4 mois ½ : soit une fin de chantier au printemps 2016.

Tout ce qui précède a des conséquences sur le coût à la charge de la ville, l’augmentation est chiffrée actuellement entre 15 000 et 18 000 €, soit un dérapage d’environ 1 %. Cette augmentation reste donc très maîtrisée, compte-tenu de la complexité technique de ce chantier.

Vu l’enjeu de ce chantier, dans les équilibres financiers du mandat, et même si j’avais la possibilité de signer ce marché initial par délégation, j’avais souhaité faire délibérer le Conseil Municipal ; la même procédure s’impose donc pour l’avenant n°2 qui sera soumis à votre vote au prochain conseil.

Christiane SAMSON

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article