DES NOUVELLES DU REMPART LASDONNAS

Publié le par Unis pour Courpière

Le Conseil Municipal du 27 avril 2015 a été tenu informé de la signature par le Maire de l’avenant n°1 à ce marché de travaux.

Cet avenant concerne la première phase du chantier qui consiste à retenir les terres. C’est un surcoût de 14 000 euros destiné à se prémunir de répercussions sur les avoisinants (mouvements mesurés en permanence par des mires pendant la pose des clous dans la paroi).

Ce surcoût était prévisible, c’est la raison pour laquelle nous avions pris la précaution de l’inclure dans les options envisagées et chiffrées dès la conclusion du marché, ce qui signifie que ce surcoût est sans incidences financières sur le budget annoncé et voté le 6 octobre 2014, à savoir 1 675 000 € HT.

Nous profitons de cette décision concernant le rempart pour faire un tour d’horizon à propos de ce chantier.

1° - Tout d’abord les travaux ont eu la chance de ne pas avoir été interrompus par les intempéries de l’hiver dernier.

2° - Le contentieux dont nous avions « hérité » concernant les menaces que le chantier faisait peser sur la tour médiévale a été levé par l’ordonnance du 12 mars 2015 de la Cour d’Appel de Riom, suite à l’accord amiable de désistement convenu avec la Ville.

Nous enregistrons cette décision avec grande satisfaction car elle est de nature à apaiser les tensions qui existaient dans ce dossier.

3° - Les tirants ont été mis en tension mi-mars et la tour n’a pas subi de déplacements. La surveillance permanente n’a, en effet, décelé aucun mouvement suspect alentour.

4° - Les archéologues ont eu leur fenêtre d’intervention entre le 1er et le 15 avril et nous sommes en attente des conclusions de la Direction Régionale de l’Action Culturelle (DRAC).

5° - De la mi-avril à la fin avril, 21 pieux d’une vingtaine de mètres de profondeur vont fonder la semelle antisismique du rempart à reconstituer.

6° - Les deux tiers de la paroi clouée sont réalisés fin avril.

7° - Mai – Juin : fin de la paroi clouée, évacuation de la rampe d’accès et coulée de la semelle du rempart en béton.

8° - Début juillet, le maire pourra alors demander au Juge la levée du péril, ce qui va déclencher l’envoi sur le site de l’expert désigné par le Tribunal, avant toute décision du Juge à l’été 2015.

9° - L’été ne connaîtra pas d’interruption des travaux puisque les mois de Juillet et d’Août (et probablement jusqu’à mi-septembre) seront consacrés à la reconstruction du rempart en voile béton et au comblement entre la paroi et le rempart.

10° - L’étape suivante permettra de donner l’apparence souhaitée de reconstruction « à l’identique » grâce à un parement en pierres taillées jointes à la chaux. Cette finition, tant attendue, aura lieu soit avant l’hiver 2015 soit au printemps 2016, selon les caprices de la météo car la chaux est gélive et les joints à l’ancienne ne tiendraient pas s’ils étaient mis en place en période trop froide.

11° - Du point de vue financier, la 2ème phase, c’est-à-dire celle de la reconstruction, a reçu début avril, la réponse favorable du Député André CHASSAIGNE qui nous attribue 15 000 € de subvention au titre de sa réserve parlementaire. A cela s’ajoute l’accord tout récent de l’Etat à notre demande de subvention (2ème phase) au titre de la Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux (DETR 2015) : 150 000 €

Donc, après les 212 000 € d’économies sur les dépenses, c’est maintenant 165 000 € de recettes supplémentaires que nous engrangerons !

Ainsi, le « reste à charge » des 2 panneaux d’information au public sur le chantier vont devoir être actualisés puisque son montant va passer de 1 171 621 € à 1 006 621 €.

Publié dans Mandat Ch. Samson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article